Qu'est ce que c'est ?

Spiritualité et Conscience

« La négation des esprits gardiens au mépris de la nature, il n’y a qu’un pas qui fut vite franchis par nos sociétés industrielles et bien-pensantes. On en connaît aujourd’hui le prix : pollution des aires et des eaux, catastrophes écologiques, épidémies. Si l’homme craignait encore la vengeance des ondines et des sirènes oserait-il déverser ses détritus et ses nitrates dans les fleuves et les océans ? S’il redoutait le courroux des elfes et des sylphes, polluerait-il l’atmosphère avec des cheminées d’usine et ses émanations de gazole ? On ne croit plus au fées ni aux esprits des éléments ; mais cela n’empêche pas ces éléments de se déchaîner et de rendre folle la nature » Edouard Brazey

« Une culture s’effondrera seulement si elle devient trop rigide, par suite de son asservissement à la répétition imitative, ou trop audacieuse et téméraire dans ces explorations… Celles qui maintiennent un bon équilibre entre ces deux tendances prospèrent. On peut voir, dans le monde d’aujourd’hui, de nombreux exemple de cultures trop rigides et trop téméraires. Les petites sociétés primitives/traditionnelles, complètement dominées par leurs lourds fardeaux de tabous et d’anciennes coutumes, sont des exemples de sociétés trop rigides. Les mêmes sociétés lorsqu’elles sont convertis et « aidées » par des cultures « plus avancées » deviennent rapidement des exemples de cultures trop téméraires. Une dose excessive d’innovation sociale et de passion de l’exploration, brutalement injectée, vient balayer les forces stabilisatrices de l’imitation ancestrale et fait pencher trop fort la balance de l’autre côté. Cela provoque un tourbillon culturel qui mène à la désintégration. Heureuse est la société qui acquiert peu à peu un parfait équilibre entre imitation et curiosité, entre la copie servile et sans pensée et l’expérimentation rationnelle et génératrice de progrès » Desmond Morris – Le singe nu.

« Est-il vraiment si difficile de croire que les artistes mystiques et les penseurs visionnaires puissent avoir, à propos de la vie et de l’âme, des idées meilleures que les conclusions issues de la synthèse des données d’expériences menées dans les universités sur des échantillons choisis au hasard ? J’ai besoin de théories qui font bouger l’intellect, comme le peut faire l’art, non de théories qui figent nos intellects » Hillman

« Esthétique vient du grec aisthanomai, je sens. L’esthétique est la mesure de la qualité du ressenti, c’est la mesure du goût, et elle est donc indispensable à la qualité de la vie »
(Paolo Quattrini, 2004).

Il n’est ici pas question de sabrer la réalité par « le glaive et le feu de la raison et de l’intellect » mais d’entrer dans un monde symbolique. Nous laissons de côté le sociétal, en vous considérant comme une énergie à forme humaine.

Sur le tempo du monde, il s’agit ici d’interroger les énergies qui vous entoure par le biais d’outils : Le Tarot, la Chirologie et l’Astrologie. Ces trois se répondant mutuellement pour apporter différents éclairages sur des questions primordiales telles que « Qui suis-je ? » « Où est ma voie ? » qui permettent par la suite de se poser les bonnes questions pour avancer au mieux. Cette démarche pourrait se qualifier d’humaniste et non divinatoire même si la nuance est subtile.

Avant d’être classé dans la rubrique ésotérique, avec toute la suspicion qui l’accompagne, le Tarot, naquit à la Renaissance, sous la forme que nous lui connaissons. Ludiques, ces bouts de cartons illustrés qui n’ont l’air de rien, guidaient le pratiquant de façon imagée et non verbale sur le chemin des mystères de la vie. L’Astrologie, plus vieille (1565 ans pour l’astrologie moderne telle que nous la pratiquons) a eu des périodes fastes et des périodes néfastes, parfois vénérée et utilisée de façon peu sage, et à d’autres moments considérée comme nuisible et indésirable. En premier lieu destinée au collectif car correspondante aux époques non centrées sur l’individu, elle naquit dans le croissant fertile en – 3500 av JC, et passa ensuite chez les Grecs pour se construire. Bien appréciée par le pouvoir pour ses vertus divinatoires, c’est en 287 que les ennuis commencent pour elle avec deux empereurs grecs pyromanes (bûcher d’astrologues ce soir mesdames et messieurs, venez nombreux !), et les tourments initiés par son ennemie de toujours, l’Eglise. Sentant le roussi elle se cacha dans la civilisation musulmane de l’an 700 à l’an 1100, pour revenir ensuite en Europe médiévale. Tout allait bien à nouveau, jusqu’en 1666, année une nouvelle fois contrariante, où l’esprit scientifique de l’époque appuie la décision de l’Eglise et du Pouvoir Politique de la mettre au rang des pestiférés, avec le Tarot et les alchimistes.*

*Pour en savoir plus sur l’Astrologie son histoire et son fonctionnement, je recommande l’ouvrage simple et pédagogue d’Eric Jackson Perrin « Astrologie livre 1 : les bases pratiques de l’astrologie (Apprendre l’astrologie) »

Ces pratiques spirituelles occidentales n’ont jamais vraiment disparu, elles sont restées dans la mémoire collective, imbriqué dans l’inconscient collectif. Le savoir est dispersé pour qui le recherche finira par le trouver.

Ces outils symboliques que sont le Tarot, la Chirologie et l’Astrologie offrent à chacun la possibilité de prendre le parti du monde ré-enchanté : y entrer, c’est se voir différemment, c’est utiliser les propositions poétiques et esthétiques de ces deux disciplines pour magnifier sa vie, c’est plonger ses racines dans un langage symbolique pour avancer sur la connaissance de soi, comprendre ses émotions, c’est trouver son chemin, son essence, pour aller de l’avant.