Lecture hypnotique de la sirène : méditation guidée pour se relaxer.

Cette semaine, je vous propose de continuer avec les sirènes, je vous raconte une histoire pour vous relaxer.

Il y a quelques années, j’ai vu passer sur le Net des femmes qui exerçaient littéralement le métier de sirène. L’idée m’a plu, et quand est venu le moment d’écrire un scénario, naturellement m’est venue à l’esprit la phrase « mais dites-moi, que penseriez vous d’introduire un personnage « sirène »? » L’idée plut autour, et la sirène s’incarna.

Elle n’avait pas pour autant dit son dernier mot, j’ai déménagé en bordure de l’océan et les mythes qu’elles nourrissent sont devenu chaque jour un peu plus vivant.

Exerçant sur moi leur fascination, j’ai recherché leur profonde symbolique et leurs représentations diverses qui sont entres-autres : l’amour, la beauté, le mystère, l’intimité, la sensualité, les émotions, la féminité, la persuasion et la perception. Elles sont souvent associées aux divinités tel qu’Amphitrite, Téthys, Calypso et Ranh et évidemment Aphrodite, ainsi qu’aux Ondines.

La sirène incarne la dualité entre la vie organique et la vie spirituelle, en soulignant les aspiration spirituelles (partie poisson) : élevées mais qui sont souvent empêchées par des pulsions de la matière (partie femme – vie organique). Ainsi que le pouvoir et l’indépendance des femmes.

Autrefois, elles incarnaient différentes croyances ; celle de la guérison, (par prière au divinités féminines à proximité d’une source d’eau) ; des pouvoirs surnaturels (par l’usage d’un peigne en arête de poisson (qui contrôle les tempêtes)) ; invisible, car connaissant à la perfection le cœur des hommes, elles se laissent voir seulement en présence d’un véritable cœur pur, à l’aube ou au crépuscule, heures traditionnelles entre le jour et la nuit où toutes les visions sont possibles. Ces deux moments de transition de la journée marquent le début et l’arrêt des actions en court, cet instant fugace ou l’esprit prend conscience de ses propres limites.

Il y a deux représentations de sirène. Dotée d’une queue, elle représente « l’ombre » : les voluptés du monde et le mal en général, avec comme arme létale son chant.

Avec deux queues : elle représente la fécondité (l’eau est source de vie) : lorsque elle les relève, elle met en lien gestation et naissance.

Le conte est issu de la tradition orale, il est riche d’une multitude de significations, à mon tour je vous le transmet de manière orale à ma façon.

La sirène est pour moi une enseignante de l’amour, au cœur des profondeurs de l’océan (symbolique de l’inconscient). Elle permet par ses mouvements hypnotiques de faire comprendre de manière corporelle un enseignement parfois trop abstrait par les mots ; j’ai voulu retrouver ces mouvements d’ondulation par la réalisation d’un texte qui se base sur la relaxation, où son propre souffle devient l’ondulation marine. L’intégralité du conte se concentre sur la relaxation pour rejoindre dans la douceur son « moi profond », je l’ai adapté pour qu’il puisse transmettre une notion d’amour. Je vous laisse le découvrir, en prenant soin en premier lieu de vous allongez ou de bien vous caler dans votre fauteuil.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s