Les écrits des Saintes : Partie 1 : Hadewijch d’Anvers

Mystique au Moyen-Age

Une ressource spirituelle

Dans les périodes particulièrement difficiles, les ressources les plus importantes sont avant tout mentales, pour tenir le cap sans sombrer dans la déprime. Avec le temps et l’exploration des différentes écoles du sacré, j’ai constitué mes propres supports, sur lesquelles je m’appuie.

Avec le recul d’une adulte, je redécouvre la Bible et certains écrits théologiques lié, pour mieux cerner ce texte sacré, à la fois vestige et fondateur. Je relis également les écrits des Saints, ces êtres de chair ayant réellement existé me fascinent. Leurs écrits étant difficiles à comprendre et manquant de romanesque, la redécouverte se fait ponctuelle, par morceau choisi, selon les besoins du moment. Je laisse les pages se tourner et me guider vers ce que je dois méditer. Ils renvoient à une autre époque de nos origines judéo-chrétienne, pour trouver ceux avec qui je parle un langage commun.

Une béguine pas comme les autres

Parmi mes lectures, il y a Hadewijch d’Anvers, une femme ardente (texte choisis et présentés par Charles Juliet).

Cette mystérieuse femme du Moyen-Age, qui aurait vécu au XIIIème siècle dans une région regroupant la Belgique, les Pays-Bas, le Sud de l’Allemagne. Béguine affranchie, elle s’est élevée seule, sans guide spirituel, explorant par ses propres moyens les sentiers menant à l’extase.

Cette expérience corporelle qui se dissocie de la pensée (au sens raison) est une sensation démultipliée de bien-être ressenti dans toutes les parties les plus infimes de son corps, d’amour absolu. Un amour tel qu’il mène sur les sentiers inexplicables du divin en union total par le corps et l’esprit affranchi de l’égo (Quelques exemples concret qui décriraient cet état : La sensation corporelle d’un plaisir intense et permanent. La cessation totale de toute peur, de toute angoisse. Une confiance absolue dans la vie, dans la création).

Femme qui avait la connaissance du vrai et qui était dans l’exigence du vrai, elle dédia sa vie à ses moments qu’elle appelle l’Amour, elle écrit des poèmes et des lettres ou elle raconte son attente. L’Eglise ne l’a jamais béatifiée, elle n’est officiellement pas une Sainte, ce qui n’empêche pas ses écrits d’être portés par une vérité spirituelle qui entre encore en résonance des siècles plus tard.

En espérant qu’elle vous inspire.

Lettre 12 :

L’homme qui ne prend nul repos et n’accepte nulle consolation étrangère, et s’efforce à tout heure de satisfaire à l’Amour, commence sur terre la vie éternelle.

[…]

L’Amour est à lui-même satisfaction plénière et parfaite récompense. Mais souvent aujourd’hui on fait obstacle à l’Amour et c’est par maintes injustices que ces droits sont blessés. Nul ne veut renoncer à ses penchants pour l’honneur de l’Amour : on veut aimer et haïr à son gré, s’indigner et pardonner selon ses goûts, non point comme l’exige la charité fraternelle.

[…]

C’est grande pitié pour nous de voir les hommes s’égarer mutuellement, et de nous charger avec cela des conséquences de leurs erreurs, au lieu de nous aimer à aimer notre Amour.

[…]

Il nous est ordonné de vaquer jour et nuit à l’Amour, lui vouant sans réserve de notre cœur et notre âme, nos sens, nos facultés, nos pensées.

[…]

L’incendie éclatera chez les autres dès que vous-même serez en flamme. C’est ce qui convient à votre charge : incendiez les éteules arides par votre exemple, votre façon d’être.

[…]

Hâtez-vous d’aimer.

2 réponses sur “Les écrits des Saintes : Partie 1 : Hadewijch d’Anvers”

  1. Bonsoir Barbara
    Merci beaucoup pour ce bel article que je trouve très inspirant
    Je retiens tout particulièrement
    « L’incendie éclatera chez les autres dès que vous-même serez en flamme » (cela parle à mon Soleil en LION et le feu est attisé par mon ascendant en VERSEAU) et « Hâtez-vous d’aimer ».
    « Art is long and time is short » alors oui il faut se hâter et s’embraser
    Merci de me le rappeler… et il faut que cela soit rappeler sans cesse n’est-ce pas…
    Akhenata

    J'aime

    1. Bonjour Akhenata !
      Merci pour votre commentaire ! Je suis très contente que ce rappel eut un échos en vous !
      La pédagogie est répétition !
      Bien à vous !
      B.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s